26-30 rue Vasselot, 35000 Rennes • Du mardi au samedi, 10h30 / 19h (sauf mercredi pour boutique jouets : fermeture de 12h30 à 13h30)

Matriochkas / Dames Gigogne

16 nov 2010 061 (Large).JPG

Dans la grande vitrine du 30, nos Matriochkas de fabrication artisanale traditionnelle


матрёшка, Matriochka … Une histoire, où se croisent petits mystères, grandes hypothèses et vérités vraies de vrai. Impatients et esprits cartésiens, s’abstenir.

1602. Aux Halles, la troupe des Enfants sans Souci, célèbre pour ses sotties (farces satiriques), invente Dame Gigogne, personnage  du théâtre de marionnettes représentée sous les traits d’une femme géante portant des jupes desquelles sortait une multitude d’enfants. Gigogne ? Par quelles voies le mot est-il passé ? Au choix. Avant gigogne, il pourrait y avoir cigogne – l’oiseau est connu pour son amour maternel – ou gigogner, gigoter – la gigogne des débuts se faisait remarquer par sa danse burlesque. Quant à savoir quel chemin l’expression a fait jusqu’à Moscou, voire jusqu’à l’île japonaise de Honshu, personne ne sait. Oui, c’est au Japon, que selon toute vraisemblance, la poupée russe serait née. De figurines représentant les 7 divinités du Bonheur. Ainsi, les kokeshis seraient-elles les aïeules des Matriochkas.

Les souvenirs de voyage d’un mong russe auraient-ils inspiré Sergey Malyutin ? On le prétend. En 1890, aux environs de Moscou, à Sergeiv Posad, la première Matriochka est imaginée et peinte par cet artisan et architecte, elle est fabriquée par son ami ébéniste, Vasily Zvyozdochkin. Ce jouet que l’on monte et que l’on démonte, que l’on ouvre et que l’on referme, n’échappe pas à l’acuité de Sacha Mamontov, grand marchand et industriel, parfois surnommé Sacha Le Magnifique…

First_matryoshka_museum_doll_open.jpg

Les premières Matriochkas fabriquées à Sergiev Posad

Les premières Matriochkas sont au nombre de 8. La plus grande, la mère, porte un coq. La 5ème est un garçon, la dernière un bébé qui dort. De forme ovale, elles évoquent des corps sains, leurs visages expressifs et gais sont rehaussés de pommettes roses. La Matriochka porte les habits traditionnels. Elle est en tilleul, un bois qui ne se fend pas. Son nom pourrait venir du latin mater, matris signifiant mère. Ou du prénom Matriona, très répandu au 19ème siècle. Elle symbolise en tous cas la fertilité.  

A une époque où l’âme russe est célébrée, cette petite poupée illustrant l’art folklorique et populaire a tout pour plaire. Sacha Mamontov lance une production dans ses ateliers de fabrication de jouets. En 1900, à l’occasion de l’Exposition Unverselle à Paris, il confie à madame Mamontov le soin de présenter les Matriochkas, le succés est immédiat et récompensé par une Médaille de Bronze. Commence alors la grande époque des poupées russes. Elle durera jusqu’en 1930 et verra se développer des styles différents selon les régions de fabrication.

A Semionovo, la Matriochka est coiffée du kokoshnik, traditionnelle coiffure associée au sarafan, robe traditionnelle russe. En 1917, à St Petersbourg, N.Bulichev présente une Matriochka de 48 pièces (il faudra attendre 1967 pour que le record soit battu, avec 60 pièces…). En 1922, la fille de l’artisan Arsenti Mayorov utilise une plume en guise de pinceau et ajoute une fleur rouge brillante sur le tablier de ses Matriochkas, devenues les plus populaires et les plus reconnues de toutes. A Kirov, les poupées ont les yeux bleus et seront de blondes Matriochkas, plus slaves que jamais.

A partir de 1930, dans l’empire Soviétique, la Matriochka, associée à la Grande Russie tsariste, est tenue de se faire discrète. Mais avec la Perestroïka des années 1990, elle déferle à nouveau sous des aspects divers. Une Matriochka à l’effigie de Gorbatchev fait le tour du monde. Depuis, les Matriochkas ont enfiévré les créateurs, les artistes, le monde de la mode : pour ses 10 ans, le Vogue russe demande aux grands noms de la couture de disserter autour de la  poupée. Tendance, elles se sont imposées dans notre iconographie et dans notre imaginaire.

Mais ceux qu’elles continuent de fasciner le plus, sont définitivement ceux à qui Serguey et Vasily les destinaient en 1890 : les enfants…

LA COURTE ECHELLE-9.jpg

LA COURTE ECHELLE-10.jpg

Matriochkas 017 (Large).JPG

Au 26, des Matriochkas potelées comptant 10 figurines