Site icon Librairie La Courte Échelle – Rennes – Livres enfants, jeunesse, jouets, loisirs créatifs

Sélection et vitrine Noir et blanc

C’est une palette binaire, spartiate. Mais il en surgit des fulgurances, des extravagances, de la puissance. La cohabitation du noir et du blanc repose sur une alchimie aussi scientifique que poétique. Un mystère où tout est imaginable, où tout fonctionne, l’harmonie, le contraste, la lumière, l’ombre, la nuit, le jour… En ce janvier, traditionnel mois du BLANC, nous avons donc convoqué à ses côtés le NOIR et dédié deux espaces à cette rencontre qui produit tant de très bons livres pour les enfants. Sélections à retrouver à l’étage de la librairie et dans la vitrine du levant.

A l’étage, une sélection particulièrement adaptée aux tout-petits, car rien n’est mieux adapté à leur vision que les noirs et blancs contrastés :
– les incontournables de Tana Hoban chez l’école des loisirs que chaque bébé devrait trouver dans son panier de naissance,
– les « bons pour les bébés » de Thierry Dedieu chez Seuil Jeunesse, de grands formats, des haïkus, des comptines, une poule sur un mur, picoti picota…
– la mini-série de Catherine Louis chez HongFei, des Hue !, des Ho ! , des Eh !, des sons et des explorations, sous le regard de la petite Colette,
– les artistes des Grandes Personnes, aux techniques hybrides et imaginations fertiles : François Delebecque, Pascale Estellon, Martine Perrin,
– des histoires : de la solidarité avec Ouvre-moi ta porte de Mickaël Escoffier et Matthieu Maudet, de l’amitié avec Poisson et Chat de Joan Grant et Neil Curtis (Rue du Monde), de l’imagination avec Mur Murs d’Agathe Halais (Voce Verso), des choses simples avec L’anniversaire d’écureuil (Cot Cot Cot),
– et même, un livre phosphorescent qui brille dans le noir : Mes rêves de Xavier Deneux, chez Tourbillon !

La découverte se prolonge (ou commence) dans la vitrine. On y croise une vache, deux zèbres, un ourson, un tapis d’éveil et toute une littérature d’intemporels, de nouveautés et de documentaires, donnant à voir la multitude des atmosphères, les innombrables exploitations et le sensible dont sont capables le noir et le blanc.

Quitter la version mobile