La Courte Échelle

Réédition – Le jardin d’Abdul Gasazi, de Chris Van Allsburg, aux éditions D²eux

Couverture toilée, dorure, ruban de satin, grand format, lettrines enluminées…, les éditions D’eux (Québec) ont apporté à la réédition de l’album Le jardin d’Abdul Gasazi un soin à la mesure de l’œuvre de Chris Allsburg. Ce qui démultiplie notre plaisir à vous faire découvrir ce livre qui n’avait plus été publié en France depuis 1982 (L’école des loisirs).

L’HISTOIRE

Mademoiselle Hester, invitée chez sa cousine Eunice, est priée de laisser son chien imprévisible et intenable à la maison. Fritz le bull-terrier restera donc sous la surveillance d’Alan Mitz, un jeune voisin d’allure gavroche, casquette vissée sur la tête. Fritz semble d’accord pour se tenir tranquille, Alan peut piquer du nez sur le canapé avant la promenade. Mais à peine la sieste terminée que le chien s’élance dans une folle cavalcade ! Alan le poursuit et malgré l’interdiction – «  Les chiens sont absolument et formellement interdits dans ce jardin » – finit par pénétrer dans le jardin d’Abdul Gazasi, magicien à la retraite. Chutes, obstacles, une rivière, un jardin de topiaires… et soudain, la demeure du magicien surgit. Imposante, immense, massive, à l’image de son propriétaire qui se tient debout sur le seuil de la porte. La silhouette monolithique, plantée sous un chapeau ottoman et qu’un peignoir mordoré peine à envelopper, jauge l’enfant et l’invite à entrer. Tout en fumant son cigare, Abdul Gazasi annonce : « Je déteste les chiens… je les transforme en canards. » Panique ! Que va dire Fritz à mademoiselle Hester ? A moins que le magicien ne lui ait joué un tour. A moins qu’il n’y ait là-dedans aucune magie, seulement un rêve… A moins que…

FABRICATION DE L’ÉTRANGE

Abdul Gazasi existe-t-il vraiment ? Fritz le chien a-t-il réellement été transformé en canard ? Est-ce un rêve ? Un mauvais tour ? Une facétie de l’esprit ou une bizarrerie de la vie ? C’est là tout le charme magnétique de cet album, l’art subtil de l’auteur de Jumanji : semer le doute et nous emmener sur un fil ténu où, tels des funambules, nous avançons en équilibre entre réalité et fantastique. Chris Van Allsburg sait exactement « bricoler » avec cette frontière, il sait exactement nous faire pencher d’un côté ou de l’autre sans que nous y prenions garde et que tout cela nous semble normal… Son écriture et son narration uniques, mêlées à un style graphique singulier, contribuent à la fabrication de « l’étrange ».

Comme pour la plupart de ses albums, l’auteur américain a réalisé les dessins originaux au crayon gris. Le crayon gris a la capacité à montrer les nuances, d’alterner les estompes et les dégradés et permet ainsi de jouer avec les ombres et la lumière. Alors qu’une palette de gris est susceptible d’installer une certaine monotonie, l’auteur – qui est aussi sculpteur – réussit par ailleurs, la prouesse de créer des volumes et des profondeurs.

Merci aux éditions D²eux d’avoir fait traverser l’Atlantique à ce très bel album d’un très grand auteur de littérature jeunesse ! Le lire avec vos enfants sera un merveilleux moment.

Exit mobile version