La Courte Échelle

Atlas d’histoire, D’où vient la France ?, publié aux éditions Actes Sud Junior – 3 questions à Jessie Magana, co-autrice.

Après Comment va le monde ?, Laure Flavigny et Jessie Magana publient aux éditions Actes Sud Junior, un nouvel atlas pour les enfants à partir de 9 ans. Atlas d’histoire, D’où vient la France ? raconte, en 34 cartes commentées, comment s’est construit notre pays, des origines à aujourd’hui.
Cet ouvrage est le fruit d’un travail collectif au long cours. Les autrices y ont associé la cartographe Aurélie Boissière, l’historien Joël Cornette et l’illustrateur Julien Billaudeau en charge de la valorisation graphique des cartes, une tâche exigeante et remarquablement réussie.

Atlas d’histoire, D’où vient la France ? est un documentaire essentiel et passionnant, qui donne sa place à l’histoire populaire autant qu’aux grands événements historiques. En favorisant une approche scientifique et humaniste, les autrices ne rassemblent pas seulement des connaissances, elles permettent de se représenter et de comprendre une histoire vivace, incarnée, sensible, et à ce titre, captivante.

Vendredi 27 novembre devait être jour de présentation et d’échanges autour de l’ouvrage. La rencontre prévue aux Champs-Libres se serait prolongée à la Courte Échelle avec une séance de dédicaces*

Mais nous avions à cœur de vous parler de cet ouvrage exceptionnel à explorer à la maison, en famille et à l’école. Aussi, nous remercions Jessie Magana, co-autrice, d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, ainsi que Julien Billaudeau qui nous a fait parvenir des extraits illustrés.

ATLAS D’HISTOIRE, D’OÙ VIENT LA FRANCE ?, Laure Flavigny, Jessie Magana, Aurélie Boissière, Julien Billaudeau – Editions Actes Sud Junior, 80 pages – 24,90€

Que nous apprend ce documentaire jeunesse sur les origines de la France ? 

Notre ambition, c’était de montrer comment la France s’est construite, depuis la préhistoire, grâce aux femmes et aux hommes qui ont habité ce territoire. Souvent, l’histoire est vue comme quelque chose de désincarné, de lointain. Elle est perçue comme une succession de dates, difficiles à retenir, de personnages connus. Or l’histoire, c’est nous qui la faisons, chaque jour, par notre vie en société, quand nous allons à l’école, au travail, quand nous inventons, quand nous créons…

Quand on se plonge dans nos cartes, on comprend comment des marins grecs ont fondé la ville de Marseille, comment les cathédrales ont été construites, comment vivait un paysan sous Louis XIV, etc. Cela va au-delà des grandes dates, comme la Révolution française en 1789 ou la Grande Guerre en 1914-1918, qui sont bien sûr présentes !

S’intéresser à l’histoire, c’est comprendre comment vivaient nos ancêtres, les hommes et les femmes ordinaires, pas seulement ceux qui ont eu le pouvoir.

Nous nous interrogeons aussi sur la question des frontières : au fil de son histoire, ce territoire que nous appelons aujourd’hui la France a parfois été tout petit, comme au Moyen-Age, parfois très grand, comme pendant les années 1930, quand la France possédait des colonies sur nombre de continents. Il a accueilli des gens venus du monde entier, qui se sont mélangés pour donner la société métissée d’aujourd’hui.

C’est le résultat d’un travail collectif approfondi.  Comment s’est-il construit ? 

Il nous fallu trois ans pour concevoir ces 34 cartes, correspondant à 34 dates-clés. Nous avons dû, ma co-autrice Laure Flavigny et moi, nous interroger sur les moments importants, les moments de rupture. Faire la synthèse de milliers d’années d’histoire, c’était parfois très difficile ! Ensuite nous présentions le fruit de nos réflexions à Aurélie Boissière, la géographe-cartographe qui a posé toutes nos envies sur les cartes. Et là encore, il a fallu faire des choix, nous voulions toujours trop en dire : résumer en une seule carte la Seconde Guerre mondiale alors que des dizaines d’atlas et de livres ont été publiés sur le sujet, nous y sommes parvenu !

Enfin, Julien Billaudeau s’est emparé de tout ce matériau : documentation d’époque, cartes préparatoires, textes… pour nous proposer des cartes dessinées qui devaient répondre à la grande exigence de précision et de lisibilité nécessaire en cartographie, tout en étant belles, drôles, et accessibles pour les enfants. Il a réussi à nous plonger dans l’ambiance des époques, en nous donnant l’impression de voyager dans le temps à chaque page. Une carte nous donne l’impression de lire des parchemins de l’époque de Charlemagne, une autre de jouer à un jeu vidéo des années 2000 ! Enfin, un historien, Joël Cornette a accepté, pour notre plus grand plaisir, de relire notre atlas et de le préfacer. L’histoire étant un sujet sensible, nous voulions avoir toute légitimité pour en parler.

« Regarder derrière nous nous aide aussi à regarder devant : à imaginer la société que nous voulons construire, pour le présent, mais aussi pour le futur.« 

Cet atlas s’inscrit dans une intemporalité, mais il résonne particulièrement en ce moment. Quelle est son utilité sociale et politique, aujourd’hui ?


Nous avons terminé cet atlas lors du premier confinement, il est sorti en librairie le jour du deuxième confinement ! Nous nous sommes arrêtées en 2015, car il est nécessaire d’avoir du recul sur une époque pour pouvoir l’étudier. Mais nous nous sommes demandé : est-ce que cette année 2020, avec cette crise sanitaire, ce premier confinement mondial de l’histoire resteront dans l’histoire ? Il est impossible de le dire. Est-ce que les révolutionnaires qui ont pris la Bastille en 1789 avaient conscience qu’ils allaient changer le destin de la France ? Certainement pas ! Nul ne peut dire si un événement encore plus bouleversant que ce que nous vivons aujourd’hui ne va pas complètement rebattre les cartes dans six mois. 

En revanche, s’interroger sur le passé, comme nous le faisons dans cet atlas, permet de mieux comprendre le présent. L’époque que nous vivons remet en question beaucoup de certitudes : notre rapport à la maladie et à la mort, notre rapport aux autres,  à la planète Terre, à l’argent. Dans le passé, des périodes ont également été de grands moments d’incertitude, je pense notamment aux années 1930. Regarder derrière nous nous aide aussi à regarder devant : à imaginer la société que nous voulons construire, pour le présent, mais aussi pour le futur. Et si les enfants et les adolescents se posent cette question aujourd’hui, alors tout espoir est permis.

* UNE DÉDICACE QUAND MÊME !
Jessie Magana et Julien Billaudeau proposent de dédicacer les ouvrages achetés à la librairie. Contactez-nous pour réserver votre exemplaire, nous le ferons suivre : 02 99 79 20 70, lacourteechelle@wanadoo.fr.

Exit mobile version